OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

On croyait, il y a vingt ans que les veillées et les conteurs appartenaient au passé.

Or on voit qu’il n’y a jamais eu autant de rencontres, de festivals de contes,
de conteurs dans le monde qu’à notre époque, au moment où on a l’impression
que les moyens de communication mécaniques sont plus développés – et cela
est plus vrai – qu’à n’importe quelle époque, au point qu’on avait pensé qu’ils allaient
tout «bouffer». Pas du tout. Il reste dans ce simple contact, cette relation, quelque chose qui est là, se crée, intime, qui se passe de commentaire. Le conte n’a pas à s’expliquer, on n’a pas à le commenter. On le reçoit de différentes façons selon qu’on est un homme ou une femme, une jeune ou un vieux dans telle ou telle condition, circonstance, etc. Quand le conte est bon, on reçoit quelque chose.

                                                                                                                                  Jean-Claude Carrière

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s